Ils sont étrangers aux choses avec lesquelles ils ont commerce constant.

Avertissement : Tout le mérite de l'article qu'on va lire doit revenir à celui qui l'a suscité, à savoir… Fred Bezies.

On a beau faire, on a beau dire, certains mythes, certaines pratiques sont si fortement ancrés dans le quotidien de certains utilisateurs (ou dans la mémoire collective… le web en garde les traces) qu'il semble impensable de les voir disparaître un jour. — Et la distribution GNU/Linux Debian (je doute qu'elle en ait le privilège) connaît un certain nombre de ces mythes, et des plus grossiers, certaines de ces pratiques, parmi les plus mauvaises, qu'on partage (sans fard), de blog à blog, comme monnaie de singe, sans plus même s'interroger sur leur fondement et, surtout, sur les conséquences qu'il y a à baliverner sur Debian publiquement.

Autant qu'il soit dit aussi que je n'avais pas plus envie que ça d'y revenir, d'autant que j'ai déjà consacré un article à cette question — je n'y reviendrai donc pas dans le détail —, et qui plus est, mon dernier article, s'il en juge par certains commentaires, n'avait pas été très tendre avec Fred Bezies. Alors… pourquoi le malmener une fois de plus ? — J'imagine que beaucoup y verront un acharnement. Peu importe au fond. Puisqu'il me donne l'occasion de rebondir (c'est le risque que l'on prend à s'exposer publiquement), allons-y, remettons le couvert. Il y a, comme l'écrivait Héraclite, très certainement, une harmonie dans la tension. Mes relations avec la maman du planet-educalibre en offre la meilleure des illustrations possibles. Acceptons alors cet article pour ce qu'il est : une manière de rechercher, une fois encore, un peu de cette harmonie dans la tension.

La lecture de l'article de Fred Bezies, "Debian Squeeze : soyons « sacrilège » et modernisons un petit peu l’équipement logiciel fourni ;)", prêterait à rire, si… Fred n'était pas un utilisateur averti. Selon lui, la prochaine version stable de Debian, la 6.0, sent déjà le « bouchonné ». L'expression, à en juger par la tonalité de l'article, doit signifier quelque chose comme… pleine de paquets déjà moisis. Entendez si vieux que Debian "Squeeze", pas même sortie, aurait déjà besoin d'être modernisée.

Rappelons que la version stable est encore la 5.0, "Lenny" de son petit nom, et qu'elle vient tout juste de connaître une mise à jour, 5.0.8, publiée le 22 janvier 2011.

Autrement dit, quand Fred installe "Squeeze", Debian 6.0, il fait tourner sa machine en testing. Cela dit, à cette date, le "testing" sous Debian, ça n'a rien de très chaotique puisque la version "testing" est gelée : cela veut dire que l'entrée de nouveaux paquets est bloquée, à moins qu'ils ne corrigent un bogue critique (release critical). La distribution "testing" est donc actuellement en cycle d'essai. En clair, la sortie de la nouvelle version stable est imminente.

Fred ne peut donc pas s'attendre à voir paraître dans la version qu'il a installée les toutes dernières versions de ses logiciels fétiches. Il est en quelque sorte déjà sous la prochaine version stable de Debian. Autrement dit, si Fred veut des versions logicielles plus fresh, il s'est bel et bien trompé dans la version qu'il a choisie d'installer. Il s'agit peut-être aussi d'un manque de lecture (RTFM).

Mais notre oiseau n'est pas en reste. Quand Fred se lance dans la modernisation de Debian "Squeeze" dont il veut « nettoyer […] l'équipement logiciel » de base, et, entendons-nous bien là-dessus, il est parfaitement libre de le faire comme bon lui semble sur sa propre machine, il s'y prend de la plus sûre des manières : il installe des paquets exogènes à la distribution Debian, des paquets qu'il récupère sur les sites desdits logiciels. Peut-être même suivra-t-il, par ailleurs, les conseils avisés d'un utilisateur, k, qui lui suggère de passer par les dépôts d'Ubuntu. — Et quoi de plus efficace, en effet, pour introduire de l'instabilité dans la stabilité et travailler, en bonne intelligence, dans le sens de la communauté des développeurs de la distribution Debian. Nul doute qu'avec ce genre de bonnes pratiques on est au plus près de l'esprit Debian.

En réalité, le problème que semble pointer Fred Bezies — je dis "semble" parce qu'au fond il l'expulse du revers de la main en arguant de ce que "Squeeze" avant même d'être publiée sent le moisi mais surtout, comme à son habitude, n'explique rien — c'est le problème (si tant est que cela soit un problème) du processus de création de chaque version de la distribution Debian. Ce que k, notre commentateur inspiré, tente de lui expliquer mais… d'une manière plutôt caricaturale :

Le plus gros problème avec Debian, c’est que le dépôt expérimental veut tout dire et rien dire à la fois. Pour Iceweasel, Gwibber et tant d’autres joyeusetés, i foutent dans expérimental le temps de voir s’il y a des bugs à corriger et de le proposer en testing et ensuite en stable. Mais comme i sont parano, ben faut se faire à l’idée que même si le paquet à déjà 6 mois devant lui ou bien plus, il[s] le foutront quand même dans expérimental.

Cette lente maturation de la distribution Debian ne relève en rien de la paranoïa. Avant publication de la version stable, les problèmes à régler sont nombreux : bogues critiques, bogues du système de base, bogues dans les paquets "standards", bogues dans les métapaquets… Un travail qui, selon Fred, n'apporte que des paquets « rustinés » ou « revampés » auxquels il préfère, curieusement, ceux « sans retouche ». Les paquets des concepteurs desdits logiciels. Deux ou trois expressions qui en disent long sur la considération que Fred accorde aux formidable travail d'intégration des développeurs de la distribution Debian.

On peut tout de même regretter (amèrement) qu'un linuxien averti, comme peut l'être Fred Bezies, contribue à diffuser dans les esprits, via son blog, une image si déplorable d'une distribution comme Debian, l'une des plus anciennes, l'une des plus célèbres distributions dont la principale caractéristique est très certainement la stabilité.

Comment peut-on être si étranger aux choses avec lesquelles on est en commerce constant ?

Il est bon de rappeler, histoire de répondre à cette mauvaise publicité, que quand on est sous Debian, en stable, il est fortement déconseillé de piocher à droite et à gauche, pour installer des paquets exogènes ou des paquets de dépôts d'autres distributions voire des versions supérieures de la distribution Debian. Il est plutôt recommandé de n'avoir que les entrées pour "stable" dans son sources.list et d'ajouter, au besoin, le dépôt "backports" si l'on veut avoir certaines applications plus récentes :

Seule la version stable pure avec les mises à jour de sécurité présente la meilleure stabilité. Faire tourner une version principalement stable mélangée à quelques paquets venant des versions testing ou unstable est plus risqué que d’utiliser une version unstable pure parce que des versions de bibliothèques peuvent ne pas correspondre, etc. Si vous avez réellement besoin de la dernière version de certains programme sous la version stable, utilisez alors les paquets venant du projet debian-volatile et des services backports.debian.org. Ces services doivent être utilisés avec des précautions supplémentaires.

Lorsque Fred Bezies a installé sa Debian "Squeeze", il avait déjà insisté lourdement sur sa prétendue vétusté, son « équipement logiciel [livré dans] une version vieillissante ». Au passage, il se faisait l'écho de l'annonce de la publication d'un noyau complètement libre sous Debian :

Même si le contrat social de Debian a été poussé jusqu’au bout en proposant un noyau libre, il est utile de pouvoir utiliser des technologies non libre, ne serait-ce que le mp3… Car les baladeurs portatifs qui lisent le ogg ou le flac sont souvent du haut de gamme, il faut savoir parfois transiger et chouchouter son compte en banque :)

On applaudit et… et l'on s'étouffe. Fred Bezies, qui n'est pourtant pas le dernier venu, commet une erreur surprenante. Quel est en effet le rapport entre « noyau libre » et codec propriétaire « mp3 » ?

Il aurait été tout aussi pertinent de dire : « Je mange des pâtes parce que le ciel est bleu. »

Fred Bezies n'est, bien évidemment, pas le seul à relayer des erreurs sur la sortie du noyau Linux complètement libre sous Debian. À ce sujet, on lira, à profit, sur le Framablog, la traduction d'un article qui passe en revue quelques mystifications : "La nouvelle version Squeeze de Debian lavera encore plus blanc".

Par ailleurs, cep donne, dans son dernier article, la marche à suivre au cas où l'installation de cette version libre du noyau devait occasionner quelques soucis.

Edit : J'aurais pu écrire le même article ou presque après avoir lu les dernières divagations de Cyrille sur la sortie imminente de Debian "Squeeze" : « les numéros de versions de squeeze sont déjà obsolètes dès leur sortie. »